Enquêtes qualitatives

Juliette Cleuziou et Christilla Marteau d’Autry, anthropologues, mènent des recherches en Russie et en Asie centrale, pour à la fois suivre les parcours posthumes de migrant.es décédé.es en Russie, mais également pour saisir les relations et les formes possibles de solidarité qui émergent de ces itinéraires des défunts vers leur lieux d’inhumation, qu’ils se trouvent en Russie ou en Asie centrale (voir paragraphe « Présentation générale »)

Juliette Cleuziou s’intéresse plus particulièrement aux Tadjikistanais et aux Tadjiks ayant la nationalité russe qui vivent en Russie et s’organisent pour s’occuper des migrants morts, de « leurs » morts : de la recherche des disparu.es à l’inhumation finale, en passant par la gestion administrative et les relations avec les morgues russes, l’organisation des toilettes funéraires et le rapatriement des corps vers le Tadjikistan. En outre, ses enquêtes dans les régions de Moscou et Tver font apparaître des modes de collecte d’argent et une organisation communautaire parfois particulièrement développés autour du soin porté aux défunt.es. Il s’agit d’en comprendre les modes d’apparition et de perpétuation, en particulier au travers de figures de leaders organisant ces collectes, mais aussi de la convocation d’une éthique ancrée dans l’islam et dans des modes de démarcation vis à vis de la société russe.

Christilla Marteau d’Autry s’intéresse au traitement rituélique et à la gestion économique des décès survenus en Russie de migrant·es ouzbékistanais·es. A partir d’entretiens menés principalement avec des citoyen·nes ouzbékistanais·es, de langue maternelle ouzbèke ou tadjike, en Ouzbékistan (Samarcande) et en Russie (régions de Moscou et de Saint-Pétersbourg), elle étudie les différents modes de prise en charge des défunt·es, de leur décès en Russie à l’inhumation de leur corps en Ouzbékistan. Elle s’interroge sur les conditions qui favorisent la pluralité, la plasticité voire l’émergence de nouvelles solidarités liées au traitement des défunt·es, en prêtant une attention particulière à l’impact du fait migratoire et à celui des politiques publiques, autant dans le pays de départ que celui d’accueil.


Dans le cadre du projet Refpom, Lucia Direnberger, sociologue, et Ariane Zevaco, anthropologue, interrogent les décès des Centrasiatiques en Russie, en particulier à Moscou, en tant que phénomène à la fois révélateur et conséquent des inégalités structurelles et des violences qu’ils et elles subissent dans ce pays, en particulier dans l’espace professionnel, et des « arts de la résistance » qu’ils et elles développent. Notre travail mettra ainsi en lumière la manière dont les Centrasiatiques vivant en Russie, ou entre la Russie et l’Asie centrale, s’organisent pour faire face à cette vulnérabilité. Nos enquêtes seront principalement menées à Moscou, et au Tadjikistan à Douchanbe et dans les régions du Badakhchan et du Sughd, auprès des travailleurs centrasiatiques qui exercent majoritairement des emplois précaires et peu ou irrégulièrement rémunérés en Russie. Nous nous concentrerons sur deux secteurs professionnels. Le premier est celui du bâtiment (comme activité principale ou secondaire, de manière exceptionnelle ou régulière), largement investi par des hommes. Le second est celui de la restauration et du commerce où les femmes centrasiatiques effectuent souvent des tâches peu valorisées (service, plonge, ménage). Nous prendrons également en compte les situations où ces hommes et femmes changent de secteur professionnel au gré des contraintes et des opportunités. Notre étude entend ainsi contribuer aux recherches sur le racisme qui affecte les Centrasiatiques en Russie. Elle fait l’hypothèse de l’existence d’une division raciale du travail en Russie qui se traduit par des inégalités, des violences et des décès. À l’ordre social ainsi produit répondent des pratiques de résistances individuelles et collectives. Interroger ces pratiques permettra de comprendre les termes sociaux, politiques et économiques de cette confrontation ainsi que les processus de subjectivation individuelle qui y prennent part. En partant des conditions de travail, et en examinant les relations de pouvoir à l’œuvre en termes économiques, genrés, ethniques et raciaux, nous souhaitons ré-évaluer l’importance donnée à la migration dans l’analyse de la production des inégalités et de la construction sociale et politique de ces hommes et de ces femmes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search