Mobilisations et répressions dans une usine minière au nord du Tadjikistan

Le mercredi 20 mai 2020 a eu lieu une manifestation de travailleurs chinois dans la ville de Zarnissor, dans la région de Sughd, à 90 km au nord de Khoujand. D’après un article du site Payom, ce n’est pas la première mobilisation organisée par les travailleurs chinois sur ce site ces dernières semaines. En revanche, c’est la première dans laquelle l’OMON, les forces spéciales du Ministère de l’Intérieur du Tadjikistan, sont intervenues en frappant de nombreux manifestants et en ouvrant le feu.

Cette manifestation a eu lieu devant le site d’extraction et de traitement de zinc, de plomb et de cuivre situé à Zarnissor dirigé par la Compagnie minière tajjiko-chinoise (Shirkati kouhi-metallurgi Tojikistonu Khitoi). Cette compagnie a été créée en 2007 (ou 2006, selon les sources médiatiques disponibles), largement soutenue par des investisseurs chinois, en particulier par la société China Global New Technology Imp & Exp.  Nusratullo Davlatzoda, président du comité fiscal du Tadjikistan, a affirmé que la Compagnie minière tajjiko-chinoise compte parmi les entreprises les plus importantes du Tadjikistan. D’après Radio Ozodi, elle emploierait aujourd’hui 3 000 personnes, dont 1 100 Chinois sur les différents sites au Tadjikistan.

Les tensions entre les travailleurs chinois et la direction de l’usine de Zarnissor ont été très fortes depuis la crise que traverse la région dans le contexte de la pandémie du Covid 19. Selon plusieurs sources, les travailleurs chinois ont demandé à la direction de l’entreprise de les autoriser à retourner en Chine en raison de la propagation du nouveau coronavirus au Tadjikistan et de la faiblesse du système sanitaire tadjik. Cette demande s’est renforcée suite au décès d’un travailleur chinois en exercice sur le site de Zarnissor. Les travailleurs chinois dénonçaient également leur faible salaire ainsi que l’absence de versement de leur salaire depuis plus de huit mois.

Wang Xi Bin, directeur de la société chinoise en activité dans la Compagnie minière tajjiko-chinoise,  affirme alors que la société qu’il dirige n’est pas responsables du paiement des salaires aux travailleurs sur le site de Zarnissor, et que ce problème devrait être résolu par la partie tadjike. D’après Tohirjon Azizzoda, président du district de Mastchoh, où se trouvent les mines de l’entreprise, des négociations avaient permis qu’ils obtiennent 14 jours de salaire en échange du renoncement à la grève. Pourtant les manifestations ont continué.

Ce mercredi 20 mai, ils étaient une centaine de travailleurs à manifester devant la porte de l’usine. Ils ont également déclaré à la presse officielle chinoise, qu’une soixantaine de personnes sont également dans l’usine et ont lancé des pierres et des bâtons dans le bureau de gestion de l’entreprise. Dans ce contexte, les forces spéciales tadjikes sont intervenues en frappant les personnes rassemblées et en ouvrant le feu. Selon le témoignage d’un manifestant, elles ont menacé de recourir à l’armée si le rassemblement ne se dispersait pas. Un porte-parole du département de police de Sughd a déclaré sur le site de Radio Ozodi que « les coups de feu ont en fait été tirés en l’air, mais uniquement pour disperser les manifestants. Personne n’a été blessé ni tué ». Quarante travailleurs chinois, dont cinq d’entre eux grièvement, ont pourtant été blessés.

Cette mobilisation permet de mettre au jour les conditions de travail dans ces sociétés tadjiko-chinoises qui se multiplient au Tadjikistan depuis une vingtaine d’année. D’un côté, elle révèle que les travailleurs chinois n’ont pas été payés pendant huit mois car selon eux, les responsables de l’entreprise « ont lié le non-paiement des salaires chinois à l’investissement dans un nouveau projet en Argentine ». De l’autre, cette mobilisation permet d’évoquer les inégalités de salaires et de responsabilité dans ces entreprises entre travailleurs chinois et tadjikistanais. Si les Tadjikistanais ont continué à percevoir leur salaire ces derniers mois, Ziyovuddin Akramov, un employé de l’entreprise, a déclaré qu’il recevait entre 2 000 et 2 500 somoni, soit entre 178 et 223 euros, par mois pour transporter des pierres et de la terre, « tandis que les travailleurs chinois gagnent entre 30 000 et 35 000 somoni », soit 2679 à 3126 euros. D’après les sources disponibles, les Tadjikistanais ne se sont pas mobilisés. Deux hypothèses peuvent être apportées pour expliquer cette situation. Premièrement, cette absence des Tadjikistanais dans la mobilisation révèle en creux l’impossible solidarité transnationale des travailleurs dans un contexte marqué par les formes d’impérialisme économique chinois en Asie centrale et par la multiplication des propos et actes anti-chinois dans la région. Deuxièmement, elle peut aussi révéler une connaissance plus accrue du climat politique national par les Tadjikistanais et donc d’une répression qui ne fait que se renforcer ces dix dernières années.

Pour aller plus loin sur les relations économiques, sociales et politiques entre la Chine et le Tadjikistan :

  • Laruelle Marlène et Sébastien Peyrouse, dossier thématique « Central Asian Perceptions of China », The China and Eurasia Forum Quarterly, vol.7, n°1, 2009
  • Les travaux d’Irna Hofman sur l’économie politique des changements agraires et les investissements chinois dans l’agriculture
Et sur les extractions minières au Tadjikistan à partir d’une approche féministe et post-coloniale :
  • Behzadi, N. E. 2019. “Women Miners’ Exclusion and Muslim Masculinities in Tajikistan: A Feminist Political Ecology of Honor and Shame.” Geoforum, 100: 144–152.

Les travaux de Negar Behzadi traitent des transformations de la division du travail et des impacts identitaires de l’emergence d’un paysage extractif  de charbon au nord du Tadjikistan, marqué par une forte présence chinoise.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucia Direnberger (25 mai 2020). Mobilisations et répressions dans une usine minière au nord du Tadjikistan. Le Carnet de REFPoM. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjtt


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search