Les questions autour du taux de mortalité par Covid-19 en Russie

Bilan au 18 Octobre 2020

Tout comme la France, la Russie a entamé une seconde vague épidémique en septembre 2020. La Fédération a confirmé 1 399 334 cas et 24 187 décès le 18 octobre. Actuellement, l’incidence de covid-19 est supérieure à celle de mai 2020 au plus fort de la première vague avec plus de 15 000 nouveaux cas quotidiens contre 11 000 au pic de mai.

Lors de la première vague, comme nous le rapportions le 11 mai, la Russie était devenue le troisième pays et le 18 mai le second pays, après les États-Unis, avec le plus de cas de Covid-19 détectés (299 941 cas le 19/05/2020). Pourtant, le nombre de décès par covid était très bas (2 873 décès le 19/05/2020). Le taux de mortalité du coronavirus en Fédération de Russie était alors de 0,9%, un des plus bas parmi les pays à niveau de population comparable. Il est aujourd’hui toujours parmi les plus bas avec 1,5%. Celui de l’Italie approxime les 10% et celui de la France les 4-5%. Ainsi, tout en étant le 4e pays le plus touché au monde en nombre de cas, la Russie est à ce jour à la 13e place en nombre de décès, loin derrière les autres grands pays touchés (US, Brésil, Inde, Argentine…).

Comment comprendre ce faible taux de mortalité par covid-19 dans un pays où le virus circule de nouveau fortement et où le système est proche de la saturation1? Plusieurs pistes d’explication ont été repérées dans la presse russe.

Le débat autour du nombre de décès par covid-19

Dès le mois de mai, de nombreux médias indépendants ont mentionné la possibilité d’une sous-déclaration du nombre de décès par les autorités russes. Des risques de maquillages purs et simples ont été évoqués, notamment par Novaya Gazeta. En cause, le fait que la levée localisée du confinement ait été soumise à des critères de mesures épidémiques (seuil de diffusion): les autorités locales ont pu être poussées pour des raisons notamment économiques à sous-déclarer les cas. Une épidémie de pneumonie observée à Saint-Pétersbourg, avec une mortalité supérieure à celle enregistrée pour le covid, avait aussi suscité des suspicions.

D’autres biais de sous-évaluation ont été aussi évoqués. D’une part, l’inefficacité des tests post-mortem, amenant à des sous-déclarations de décès par Covid, et des modes de report de cause de décès basés sur l’organe affecté ayant entraîné la mort. En effet, la distinction entre des causes primaires ou secondaires est toujours délicate.

La surmortalité observée à Moscou en avril 2020

Ce qui a fortement nourri ce débat est la surmortalité observée dans les statistiques publiées par la ville de Moscou en avril 2020 alors que l’épidémie ne faisait que commencer. D’après nos calculs à partir des données disponibles, la mortalité était en avril 2020 supérieure de 18% à la moyenne saisonnière. Cela n’est pas une différence exceptionnelle, sachant qu’au plus fort de la crise en France la surmortalité est évaluée à 100-150% au-dessus de la moyenne. Néanmoins, la différence est signification à un moment en avril où il y avait très peu de cas. Le pic de mai a peut-être entraîné une surmortalité nettement plus importante, cependant nous ne pouvons nous prêter au même exercice sur les mois suivants car les données ne semblent plus disponibles depuis avril.

Une immunité collective supérieure en Russie ?

Certains ont suggéré que si les citoyens russes mourraient moins souvent du coronavirus que les citoyens des autres pays c’était grâce à une meilleure immunité collective. Cette explication n’était pas très convaincante au mois de mai dernier, et entrait en contradiction avec les statistiques officielles indiquant que la Russie était entrée plus tardivement que l’Europe et les États-Unis dans la crise sanitaire. Le seul moyen de vérifier serait une enquête épidémiologique du type de EpiCoV et Sapris menées par l’Inserm, mesurant la séroprévalence en France.

Cela dit, étant donné la circulation active du virus et les soupçons de minimisation de la situation, nous ne pouvons qu’espérer que l’immunité se soit diffuser largement permettant, peut-être car cela reste encore théorique, de limiter les dégâts.

Cet article est une actualisation des données issues des médias russes et des statistiques officielles qui ont servi de base à la présentation effectuée le 19 mai 2020 par Sandra Pellet, dans le cadre de séminaires internes de l’unité Mortalité Santé Épidémiologie, à l’Ined. Les diapositives de cette présentation sont disponibles ici.

  1. Près de 90% des lits d’hôpitaux réservés aux cas covid-19 sont déjà occupés []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search