“Gouverner face aux monstres invisibles”, comparaison historique Covid/Choléra (S. Hohmann)

Alors que la pandémie devenait mondiale, l’IFEAC a publié le 29 mars une analyse historique des épidémies de choléra au 19e et 20e siècles en Asie centrale, par Sophie Hohmann (Inalco).

Lire l’article en français sur le blog de l’IFEAC

S. Hohmann, spécialiste des questions de santé en Asie centrale, revient sur les épidémies de choléra qui ont sévi au Turkestan russe entre 1872 et 1923, afin de mettre en perspective celle du covid-19 et ses conséquences possibles. 471 cas étaient alors enregistrés (en Ouzbékistan, au Kazakhstan et Kirghizstan), les trois pays dénombrent 5244 cas, 1 mois plus tard.

L’autrice commence par rappeler le cadre colonial: un système de santé destiné uniquement aux colons. La prévention de la contagion reposait essentiellement sur la ségrégation des quartiers. Mais, le choléra ne s’arrêtant pas à l’entrée des quartiers des colons, les épidémies à répétition vont influencer les politiques coloniales de santé et la prise en compte des populations locales.

Ensuite, elle identifie les mobilités, par chemin de fer, comme étant déjà à l’époque un canal de transmission: les épidémies de choléra étaient importées de Russie ou d’Iran. Tashkent a par exemple été dramatiquement touché en 1892 du fait des nombreux contacts économiques avec la Russie. L’arrivée au Turkestan de paysans russes colonisateurs, déjà mal vécue par les populations locales, aurait été à l’origine de la diffusion du choléra. Les transports et communications au 21e siècle ont encore accru le rôle des mobilités dans la diffusion.

L’épidémie de 1892 a eu des conséquences politiques importantes. Les tensions sociales, l’effondrement de l’économie locale, suite à la fermeture des bazars, et la violence des mesures mises en places par les colons à cause de l’épidémie vont générer de violentes révoltes. En effet, les avancées de Pasteur et Koch sur les microbes étaient connues et l’administration coloniale a tenté de mettre en œuvre des mesures préventives par l’usage de la force. Les mesures coercitives – désinfection, destruction des biens infectés, interdiction des rituels funéraires, etc. – imposées par le colonisateur sont très mal vécues et vont mener à la révolte.

Par un détour par la “biopolitique” de Foucault, l’autrice conclut sur les risques politiques et sociaux, et les remises en cause possibles des régimes établis, à l’occasion d’épidémies violentes. Certains aspects coercitifs dans la gestion de l’épidémie de covid (annulation des rituels, confinement, couvre-feu, …) ne sont pas sans enjeux.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search