Conséquences économiques des mesures russes sur l’économie du Tadjikistan

Eurasianet a publié dès le 18 mars 2020 un article alarmant sur les possibles conséquences économiques de la crise liée au Coronavirus sur le Tadjikistan, quand bien même celui-ci échapperait à l’épidémie.

Lire l’article en anglais ou en russe sur Eurasianet

Déjà fin mars, avant même que la Russie ne prenne des mesures, la dépréciation du rouble consécutive à la baisse du prix du baril et de la contraction de la demande était très alarmant pour les travailleurs migrants soutenant une famille au Tadjikistan (le pouvoir d’achat de leurs remises de fonds a perdu environ 20% depuis janvier d’après l’article) et pour les travailleurs saisonniers s’apprêtant à partir pour la Russie au début du printemps.

La baisse du rouble a coïncidé avec la flambée de l’épidémie dans le monde. Le 18 mars, la Russie a fermé ses frontières aux personnes étrangères au moins jusqu’au 1er mai, rendant difficiles les perspectives de départ pour un emploi saisonnier.

Depuis la parution de l’article, le confinement généralisé a été décrété le 30 mars à Moscou et dans sa région avec une répercussion très forte sur l’activité.

Les conséquences économiques sur le Tadjikistan risquent d’être dramatiques, ne serait-ce que par le canal des remises de fonds (qui représentent plus d’un tiers du PIB). Celles-ci sont impactées par trois biais au moins : 1- la baisse du rouble et donc la baisse en valeur des salaires de ceux qui ont un emploi en Russie; 2- la fermeture des frontières et le non départ de ceux qui allaient en chercher un et l’impossibilité de repartir pour ceux qui étaient rentrés temporairement ; 3- la baisse de l’activité suite au confinement et donc la perte de nombreux emplois.

Les entreprises de transferts monétaires notent une baisse de 11% rien que sur le mois de mars (de Russie vers l’extérieur). Cette baisse en quantité ne prend pas en compte la baisse en valeur dû à la dépréciation. Leurs premières projections, même s’il faut les prendre avec prudence pour l’instant, évoquent une baisse de près de 50% des transferts pour la période de confinement.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sandra Pellet (21 avril 2020). Conséquences économiques des mesures russes sur l’économie du Tadjikistan. Le Carnet de REFPoM. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjt8


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search