Enquête sur la santé et les solidarités informelles des migrant.es tadjikistanais.es et ouzbékistanais.es à Moscou (2/3)

En 2019, l’équipe du volet quantitatif de REFPoM a concrétisé le projet d’enquête par questionnaire auprès des migrant.es tadjikistanais.es et ouzbékistanais.es à Moscou et dans sa région. Les principaux objectifs étaient d’une part de vérifier à un niveau quantitatif les premières observations des anthropologues sur le déploiement de solidarités informelles en cas d’accident, d’urgence de santé et surtout de mort d’un collègue ou d’un compatriote. D’autre part de faire un premier état des lieux sur l’état de santé, l’accès aux soins, les conditions de travail et d’intégration de ces groupes de population qui échappent aux grandes enquêtes nationales. C’est pour atteindre ces objectifs que nous avons conçu un premier questionnaire original et effectué une enquête pilote auprès de 116 individus en avril-mai 2019. Après avoir dépouillé ces données et amélioré notre questionnaire, nous avons organisé l’enquête finale qui s’est déroulée entre le 15 juillet et le 15 août 2019 auprès de 1213 individus. C’était une expérience de recherche intense, dont nous voulons rendre compte, sur ce carnet, en trois épisodes.

Épisode 2 – À l’épreuve du terrain : les surprises et nécessaires réajustements in situ

L’enquête pilote devait nous servir de test de la structure et des questions à peu près stabilisées du questionnaire, mais devait aussi nous guider pour une formuler les questions les plus « expérimentales ». C’est pourquoi nous avons fait le choix de passer un questionnaire long (163 questions), notamment pour le module prévoyance, quitte à faire passer moins de questionnaires (116 en tout). Nous avons parfois intentionnellement posé des questions légèrement redondantes, pour savoir ce qui fonctionnait le mieux, ainsi que de nombreuses questions ouvertes.Nous avons fait le choix d’une équipe resserrée de 8 enquêtrices expérimentées, capables de prendre des notes au fil de la quinzaine d’entretiens qu’elles avaient à charge, de tenter différentes versions et de nous faire des retours.

Questionnaire pilote : formulation, questions ouvertes, questions redondantes et traduction

L’enquête pilote était avant tout l’occasion de tester un questionnaire en russe pour vérifier que les questions permettaient bien de capter les phénomènes que l’on souhaitait mesurer et tester les formulations. Nous avions fait appel aux services d’une traductrice pour passer du français au russe, mais l’exercice du questionnaire est particulier et la traductrice n’avait pas d’expérience en la matière. Elle a souvent traduit au mot à mot sans percevoir les risques d’incompréhension, d’ambiguïté, ou d’orientation. Les différentes façons de poser une même question vont évidemment influencer les réponses. Or, si l’exercice est déjà complexe dans sa langue maternelle et nécessite un peu d’expérience, il l’est encore plus dans une autre langue. Il nous était très difficile de percevoir toutes les nuances en russe. L’aide de collègues expérimentés sur place a été déterminante. Avant la formation des enquêteurs, nous avons reformulé plusieurs questions et modalités de réponses lors de sessions de travail en russe avec V. Mukomel, sociologue et K., consultante ainsi que lors des échanges avec les enquêtrices pendant la formation. Lorsque qu’un doute persistait, ou lorsque nos collègues ne voyaient pas eux-mêmes la meilleure expression en russe ou n’en connaissait pas (c’était le cas pour les caisses et collectes que nous avons désignées par la périphrase vague « другие кассы или фонды взаимопомощи », d’autres caisses et fonds d’entraide) nous avons laissé deux questions redondantes posées différemment. 

Nous avons aussi posé de nombreuses questions ouvertes afin de bénéficier au maximum de l’expérience et améliorer nos catégories de réponse. Ce fut, par exemple, le cas concernant la question sur le financement de la migration où nous avions laissé une catégorie ouverte, puisque cela pouvait venir de sources très diverses :

Comment avez-vous payé votre voyage, votre patente, etc ? Plusieurs réponses possiblesКак вы оплатили свою поездку и обустройство, патент, и т.д.? М.б. несколько ответов
1. Vous avez payé vous-même (par exemple en emprunter, en vendant des biens propres, etc) 1. оплатил сам (напр: взял в долг, использовал отложенные средства, продажа имущества)
2. Votre famille ou la famille de votre conjoint.e a payé (dons, emprunts, vente de biens, etc) 2. оплатила семья или семья супруга/ги на родине (подарок, заём, продажа имущества, …)
3. Vos compatriotes 3. помогли земляки
4. Autre (Précisez) __________________________________ 4. другое (что именно) __________________________________

L’apport des enquêtrices, lors de la formation et du débriefing

Nous avons choisi de faire des questionnaires hétéro-administrés : le questionnaire était lu par une enquêtrice qui recueillait les réponses de l’enquêté.e. Nous sommes passées par une équipe d’enquêtrices moscovites qui avaient l’habitude de faire des enquêtes qualitatives et quantitatives et dont certaines avaient déjà participé à une enquête sur les migrantes en Russie. Nous avons pu compter sur l’expertise et l’expérience de K., notre contact sur place et conseillère. Elle nous a non seulement aidé en amont à reformuler et préciser de nombreuses questions du questionnaire, mais aussi tout au long de la collecte des données. Elle connaissait en effet les enquêtrices et avait déjà eu l’expérience de suivi d’enquête.

Dans toute enquête quantitative, une formation a lieu avant d’envoyer les enquêtrices sur le terrain. Cette formation était structurée autour de trois axes. Tout d’abord, nous avons présenté l’enquête dans ses grandes lignes (contexte, objectifs, thèmes de recherche, échantillonnage). Nous avons ensuite passé en revue le questionnaire, question après question, afin que les enquêtrices puissent s’en imprégner, soulever les points éventuels d’incompréhension et exprimer leurs doutes. Enfin, les enquêtrices ont été mises en situation et ont dû remplir un questionnaire. Elles sont reparties avec un travail à faire puisqu’avant d’aller sur le terrain, elles devaient encore faire trois questionnaires “test” pour se familiariser avec l’enquête.

Les enquêtrices embauchées pour l’enquête pilote étaient toutes décrites comme « des perles » par notre contact. Elles avaient à la fois une longue expérience de ce type d’enquête, l’habitude de prendre des notes lors de la phase pilote et une bienveillance envers les enquêtés.es qui garantissait des questionnaires bien complets et de l’information de bonne qualité.

Lors de la formation, les enquêtrices ont souligné quelques problèmes de clarté qui rendaient la compréhension du questionnaire difficile, notamment sur les structures de santé. En l’absence de recherches de terrain sur le système de santé, nous nous étions basées sur les articles et les informations accessibles sur les différents types d’infrastructures médicales à Moscou pour formuler nos questions. Une fois sur place, en testant les questions, il s’est avéré que les catégories retenues manquaient de cohérence, ne parlaient pas du tout aux Moscovites. Nous avons dû reformuler les catégories et nous avons aussi laissé une réponse « autre » ouverte afin d’affiner encore à partir des 116 formulaires remplis au pilote en prévision du questionnaire final.

Lorsque nous hésitions entre deux formulations, les enquêtrices ont aussi pris la peine de tester différentes façons de poser une même question à plusieurs enquêtés.es pour identifier celle qui fonctionnait le mieux. Cela a notamment été le cas pour le harcèlement par l’employeur. Elles nous ont également aidé à définir la façon dont nous allions présenter l’enquête aux enquêté.es. En effet, au début, nous voulions préciser qu’il s’agissait d’une enquête menée par des chercheuses françaises mais les enquêtrices ont souligné qu’indiquer l’origine des chercheurs pouvait être contre-productif. Elles ont donc, pour l’enquête pilote, alterné en indiquant parfois notre nationalité et d’autres fois en l’omettant. Cela nous a permis de décider ensuite quelle était la meilleure option.

Si les enquêtrices nous ont fait de nombreux retours au moment de la formation, elles nous en ont également faits à la fin de l’enquête pilote, lors de deux séances de débriefing. Nous avons alors repris en petit groupe, question par question le questionnaire pilote, et sur la base des commentaires qu’elles avaient notés au cours des entretiens, elles ont souligné les points forts et les points faibles du questionnaire, ce qui fonctionnait ou ne fonctionnait pas, tout en nous proposant des alternatives, des reformulations.

Lors du pilote, nous avons été surprises de découvrir le background des enquêtrices. En effet, nos collègues économistes qui avaient mené ce genre d’enquêtes avaient plutôt eu recours à des jeunes étudiants. Or, nous découvrions une équipe composée uniquement de femmes, plutôt âgées (beaucoup étaient à la retraite) et ayant pour la plupart suivi des études poussées.

Le support d’enquête : tablette ou papier ?

Nous avions au départ choisi de recourir à des tablettes tactiles dès le pilote et non à des formulaires papiers pour plusieurs raisons. Tout d’abord c’était l’occasion pour nous de nous familiariser avec le logiciel libre ODK (Open Data Kit), nécessaire pour l’enquête générale de plus grande ampleur, et d’apprendre dès ce moment son langage de programmation. Ensuite, nous gagnions un temps non négligeable, vu notre calendrier très contraint, entre l’enquête pilote et l’enquête générale puisque nous n’avions pas besoin de rentrer les données obtenues sur le questionnaire papier dans notre logiciel afin de les analyser statistiquement. Cela évitait également les erreurs potentielles de retranscription. De plus, cela facilitait le suivi et l’analyse des questionnaires puisque nous pouvions récupérer instantanément les données au fur et à mesure de l’enquête et identifier les potentiels problèmes qui pouvaient survenir.

Néanmoins, nous avons finalement fait passer le questionnaire pilote sur papier plutôt que directement sur tablette sur le conseil de K.. Ses arguments étaient multiples. La plupart des entretiens devant avoir lieu dans des lieux publics, les enquêtrices auraient peur de se faire agresser en détenant une tablette. De plus, une version papier leur permettrait de mettre des commentaires qui nous seraient utiles ensuite lors du debriefing (comme cela s’est vérifié). Enfin, elles n’étaient pas toutes habituées à manipuler des tablettes et n’avaient pas forcément de connexion internet chez elle pour téléverser les formulaires remplis sur le serveur. Nous avons donc, pour l’enquête pilote, opté pour le questionnaire papier et payé en supplément la retranscription des réponses sur tablette que les enquêtrices effectuaient le soir. Cela leur a permis de se familiariser avec cet outil. Pour l’enquête finale, qui portait sur un échantillon plus grand, nous avons utilisé les tablettes tactiles et cela n’a pas posé de problème majeur.  

Le prix de l’incitation

Alors que nous étions en train d’organiser la mise en place pratique de l’enquête pilote, une phrase de nos interlocuteurs en Russie à propos du coût de l’enquête a suscité notre étonnement : « tout dépend du niveau de la récompense ». Nous avons compris que l’enquêteur.trice donnait quelque chose à l’enquêté.e pour le remercier d’avoir pris le temps de répondre, un coût que nous n’avions initialement pas anticipé. Avec l’équipe, nous avions réfléchi à un moyen de dédommager les répondants de façon égalitaire (un repas, une carte de rechargement internet…). Pourtant, nous n’avons pu prendre la mesure de l’importance de cette incitation, de son montant et des mécanismes sous-jacents qu’une fois à Moscou.  

Depuis une vingtaine d’année, les études sociologiques, les sondages politiques mais aussi les études marketing se sont énormément développés si bien que les Moscovites sont habitués à se faire interviewer dans la rue. Or, la plupart de ces instituts ont pour habitude d’inciter les passants à répondre en leur offrant soit des « goodies », soit directement une somme d’argent. Cette pratique, devenue très courante, a créé des attentes et les collègues sociologues et économistes ont dû eux-mêmes s’aligner sur ces pratiques pour éviter les refus et mener à bien leurs études par questionnaire.

À mesure que les études de rue se multipliaient, que la pratique se développait et se monétisait, ce qui était une récompense, puis une incitation est devenue une condition nécessaire à la tenue de l’interview. Les récompenses en nature (type repas, carte sim) sont dans l’ensemble refusées. Les Moscovites demandent combien l’enquêteur.trice est prêt.e à leur donner avant d’accepter ou non de répondre. D’ailleurs dans les échanges que nous avons eus, chacun s’accordait à dire qu’il fallait que la récompense soit suffisamment élevée pour dédommager du temps perdu sur le temps de travail, comme un coût d’opportunité du temps passé à répondre au questionnaire plutôt qu’à travailler. C’est particulièrement vrai pour les activités rémunérées à la tâche, comme par exemple les courses de taxi, un secteur dans lequel travaillent de nombreux migrants. Un genre de marché des questionnaires est apparu. Les habitants ont une idée du « prix » du questionnaire et refusent d’y répondre si l’enquêteur propose une récompense en dessous du « prix de marché » actuel. Certains prennent même le temps de négocier à la hausse, ce qui pose un problème d’équité entre répondants et entre enquêteurs.trices. 

D’après ce que nous avons compris, le prix pour un questionnaire d’une trentaine de minutes se situe autour de 350-400 roubles en moyenne, et dans une fourchette de 200 à 800. Ce coût est pris en compte dans le calcul de l’enveloppe donnée à l’enquêteur.trice (sa rémunération fixe par questionnaire). Sa rémunération peut donc être dégradée selon le pouvoir de négociation de l’enquêté.e, que ce soit une caractéristique intrinsèque de l’enquêté ou une rente de situation. En effet, s’il y a peu de personnes dans les rues, l’enquêté.e se fait rare, il/elle peut être plus exigeant.e. Ou alors si l’enquêteur.trice n’a pas atteint son objectif indicatif, il/elle peut accepter d’augmenter l’incitation et de réduire sa propre rémunération pour pouvoir faire un questionnaire supplémentaire. Nous avons été très étonnées de ces pratiques et aurions voulu une rémunération égalitaire des enquêteurs.trices et des récompenses plus homogènes entre enquêtés.es. Pendant l’enquête pilote, les enquêtrices avaient pour consigne, de d’abord proposer un repas, puis seulement de l’argent si la personne refusait de participer à l’enquête autrement. Malgré leurs tentatives, les enquêtrices nous ont dit avoir toutes dû finir par verser une contrepartie en liquide à l’enquêté.e. Ces pratiques étaient tellement instituées qu‘il n’était pas possible pour nous d’arriver et de proposer de nouvelles règles du jeu. 

Pour l’enquête finale, il a donc été décidé de fixer un montant (300-400 roubles) et d’essayer d’imposer un maximum (500 roubles), tout en sachant que cela ne pouvait être qu’indicatif pour les enquêteurs.trices qui pouvaient in fine choisir de renoncer à une partie de leur rémunération. Ces dépenses non anticipées ont pesé sur le coût final de l’enquête pilote mais ont pu malgré tout être incluses dans le budget de l’enquête finale. 

L’enquête pilote a donc été l’occasion de prendre conscience d’un certain nombre de réalités, de défis sur le terrain que nous n’avions pas toujours anticipés. Trouver les bonnes formulations est loin d’être chose aisée surtout dans une langue qui n’est pas notre langue maternelle et sans avoir vécu dans le pays. Heureusement nous avons été aidées dans cette tâche par nos collègues ethnologues et sociologues français et russes et par les enquêtrices. De plus, cette enquête pilote avait pour objectif de tester les questions afin de savoir non seulement si elles étaient bien formulées et comprises par les enquêtés.es, mais aussi si elles permettaient mesurer des phénomènes habituellement absents des questionnaires quantitatifs existant comme les systèmes d’entraide informelle en cas de problème de santé ou de décès. En analysant les résultats du pilote, nous avons réalisé que malgré les efforts de reformulation, cela n’était toujours pas le cas. Grâce à de nouveaux aller-retour entre le terrain et l’analyse de données nous restructuré le questionnaire pour l’enquête finale qui s’est déroulée entre le 15 juillet et le 15 août. Nous reviendrons sur ce point dans le prochain épisode.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marine De Talancé (8 avril 2020). Enquête sur la santé et les solidarités informelles des migrant.es tadjikistanais.es et ouzbékistanais.es à Moscou (2/3). Le Carnet de REFPoM. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjt6


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search