Enquête sur la santé et les solidarités informelles des migrant.es tadjikistanais.es et ouzbékistanais.es à Moscou (1/3)

En 2019, l’équipe du volet quantitatif de REFPoM a concrétisé le projet d’enquête par questionnaire auprès des migrant.es tadjikistanais.es et ouzbékistanais.es à Moscou et dans sa région. Les principaux objectifs étaient d’une part de vérifier à un niveau quantitatif les premières observations des anthropologues sur le déploiement de solidarités informelles. D’autre part de faire un premier état des lieux sur l’état de santé, l’accès aux soins, les conditions de travail et d’intégration de ces groupes de population qui échappent aux grandes enquêtes nationales. C’est pour atteindre ces objectifs que nous avons conçu un questionnaire et effectué une enquête pilote auprès de 116 individus en avril-mai 2019. Après avoir dépouillé ces données et amélioré notre questionnaire, nous avons organisé l’enquête finale qui s’est déroulée entre le 15 juillet et le 15 août 2019 auprès de 1213 individus. C’était une expérience de recherche intense, dont nous voulons rendre compte, sur ce carnet, en trois épisodes.

Episode 1 : Des hypothèses ethnographiques au questionnaire pilote

Identification des questions de recherche

Avant de concevoir le questionnaire, nous avons identifié les problématiques auxquelles nous voulions répondre grâce à l’enquête : dans quelle mesure les migrant.es accèdent ou renoncent aux soins en cas de besoin de soins et quelles différences observe-t-on selon les profils de migrant.es ? Est-ce qu’en l’absence de protection sociale formelle des solidarités alternatives se mettent en place face aux différents risques ? Et plus largement, quels sont les facteurs d’intégration des migrant.es (travail, capital social, durée du séjour…) ?

Ces questions de recherche sont issues de nos lectures respectives, de nos recherches passées et des observations sur le terrain. Les échanges avec Juliette Cleuziou et Christilla Marteau d’Autry, anthropologues membres de l’équipe REFPoM, sur leurs travaux nous ont inspiré certaines de ces questions de recherche. En effet, leur travail a mis en exergue l’existence de pratiques de solidarités informelles, du type collecte d’argent, mises en place par les migrants en cas d’accident, d’urgence de santé et surtout de décès d’un collègue ou d’un compatriote. Ces collectes peuvent aussi parfois être organisées pour faire face à une urgence de santé. Les enquêtes qualitatives, qu’elles ont menées en amont de l’enquête quantitative, ont donc facilité la conception du questionnaire et même servi de base pour le module sur les solidarités informelles.

Une fois ces questions de recherche identifiées, il a fallu les transcrire dans un questionnaire, avec un nombre restreint de questions, ce qui représente toujours un défi. Cette étape a soulevé des débats intenses, d’autant plus constructifs que notre équipe est composée de membres d’horizons disciplinaires divers.

Sources d’inspiration pour le questionnaire 

Pour parvenir à définir les questions et les modalités de réponse, nous nous sommes inspirées de questionnaires existants. Nous avons eu recours à des questionnaires quantitatifs spécifiques à notre contexte comme la Russian Longitudinal Monitoring Survey (RLMS) – une enquête longitudinale représentative menée en Russie par la Higher School of Economics depuis 1992 – et la Tajiskistan Living Standards Survey (TLSS) – une enquête menée par la Banque Mondiale au Tadjikistan. Nous nous sommes également inspirées des enquêtes spécifiques aux migrants comme l’enquête MIDDAS qui porte sur les migrant.es sénégalais.es résidant en France, Espagne et Italie et leurs familles au Sénégal, ou l’enquête Parcours qui analyse les trajectoires migratoires, sociales, administratives et de santé chez les immigré.es africain.es en Ile-de-France. Ces différentes enquêtes nous ont permis de construire les questions relatives aux caractéristiques socio-démographiques des migrant.es, à leur santé, à leurs conditions de logement et de travail et à leurs trajectoires migratoires.

Concernant les questions sur les solidarités informelles, elles ont été les plus dures à élaborer car il s’agit d’une thématique de recherche novatrice qui n’est pas présente dans les questionnaires existants. C’est donc pour ce module que nous nous sommes le plus appuyées sur les observations de terrain de nos collègues anthropologues.

Nous avons aussi bénéficié de discussions intenses et enrichissantes avec Vladimir Mukomel, sociologue, spécialiste des questions de migration en Russie et l’équipe d’enquêteurs et enquêtrices à laquelle nous avons fait appel sur place. Ils avaient en effet non seulement une connaissance précise du terrain mais ils avaient également déjà mené des enquêtes sur les populations migrantes en Russie. Leur maîtrise de la langue russe leur permettait aussi de comprendre certaines subtilités qui nous auraient échappé.

Les avantages de la multidisciplinarité et les difficultés méthodologiques

Chaque question de notre questionnaire a fait l’objet d’une analyse en profondeur et a longuement été débattue au sein de REFPoM avec les collègues anthropologues et sociologues qui ont une solide expérience des terrains russe, ouzbek et tadjik. Le questionnaire a également été discuté par Anne Gosselin (Institut Convergences Migrations, Pôle Santé) lors d’une séance du séminaire « Mort(s) et Migration ». Pour ne donner qu’un exemple, grâce à ces échanges, nous nous sommes rendues compte que la distinction classique zone rurale / zone urbaine adoptée dans la plupart des enquêtes n’était pas adaptée pour décrire les situations au Tadjikistan et en Ouzbékistan. En effet, il existe des « bourgs » (comme Qurghonteppa ou Gharm, au Tadjikistan) dans lesquels le mode de vie est plus proche de celui des villes que de celui des villages ruraux plus petits (infrastructures présentes, etc). Il n’était pas non plus possible de faire une liste exhaustive des villes et villages, car beaucoup ont changé de noms après l’indépendance. Nous avons donc décidé de distinguer quatre modalités de réponse :

Où viviez-vous quand vous alliez à l’école ? Где Вы жили, когда ходили в школу?
1. Capitale 1. в столице
2. Grande ville 2. в большом городе
3. Grand village de type urbain 3. в посeлке городского типа
4. Village 4. в кишлаке, сельском НП

Nous avons pu bénéficier des connaissances de nos collègues anthropologues non seulement sur le Tadjikistan et l’Ouzbékistan mais également sur la Russie. En effet, dans le cadre du projet REFPoM, elles mènent des enquêtes qualitatives en Russie qui portent notamment sur la prise en charge collective d’un décès de proche, collègue ou compatriote. Ce travail de recherche, qui a été initié avant l’enquête quantitative et qui se poursuit encore aujourd’hui, nous a permis d’affiner les réflexions et les questions autour des pratiques d’entraides informelles. Ainsi, le questionnaire pilote comporte-t-il la question suivante1 :

En Russie, avez-vous déjà participé à d’autres collectes d’argent ou à des fonds mutuels dans lesquels est collecté de l’argent ou des objets pour aider une personne en cas de maladie ou de décès ?

1.  Oui  2.  Non

Вы в России когда-либо участвовали в других кассах или фондах взаимопомощи, когда собирают деньги или вещи для помощи кому-то в случае болезни или смерти?

1.  да  2.  нет

Les échanges autour du questionnaire ont soulevé de nombreuses questions méthodologiques. Une des difficultés a notamment été de traduire dans le questionnaire des intuitions à tester, issues d’observations et entretiens ethnographiques. Par définition, l’enquête quantitative cherche à quantifier un phénomène pour pouvoir en étudier l’importance, les déterminants, etc. Il a fallu choisir parmi les hypothèses émergées lors des observations de terrains celles qui pouvaient être vérifiées quantitativement. Il est notamment impossible de tester la significativité statistique de phénomènes rares sur un échantillon de taille réduite. Malgré notre volonté de décrire en détail un phénomène (savoir si le migrant participe à une caisse, depuis combien de temps, sous quelle forme, qui lui a permis de participer, s’il a déjà participé, pourquoi il a arrêté, etc), nous avons dû choisir quelles étaient les dimensions les plus importantes et les plus propices à être testées quantitativement.

Le questionnaire quantitatif répond à un certain nombre de règles spécifiques qui peuvent paraître contraignantes mais qui sont indispensables. Les questions posées doivent être les plus précises possibles et le plus souvent fermées. L’enquêté.e ne peut choisir sa réponse que parmi un nombre restreint de possibilités2. Il est donc impossible d’aller dans le détail, ou d’étudier la singularité des réponses et des individus. L’enquêteur.trice ne peut pas réagir aux réponses de l’enquêté.e et demander des précisions pour comprendre véritablement ce qu’il/elle a voulu dire. Il a donc fallu que nous trouvions non seulement la bonne façon de poser les questions mais aussi les bonnes catégories qui pourraient permettre à chacun de répondre et de s’y retrouver. Dans l’enquête pilote nous avons néanmoins choisi délibérément de laisser la possibilité à l’enquêté de répondre la modalité “autre” dans la plupart des questions. Si cette réponse était choisie, l’enquêteur devait demander des précisions à l’enquêté.e à l’aide d’une question ouverte, afin d’affiner les catégories de l’enquête générale. Par exemple :

Quel type de logement avez-vous – un appartement, une maison privée, un foyer, un baraquement, …?

Appartement
1. Appartement individuel
2. Chambre individuelle
dans un appartement
3. Chambre partagée
dans un appartement
Maison privée
4. Maison individuelle/privée
5. Chambre individuelle
dans une maison privée
6. Chambre partagée
dans une maison privée
Foyer
7. Chambre individuelle
dans un foyer
8. Chambre partagée dans un foyer
9.  Baraquement, sous-sol, entrepôt, remise 10.  Autre (Précisez)  ________________________

Какого типа ваше жильё – квартира, частный дом, общежитие, бытовка, …?
Интервьюер, уточните, …?

квартира
1. отдельная квартира
2. отдельная комната (комнаты) в квартире
3. делю комнату в квартире
частный дом
4. отдельный дом
5. отдельная комната
(комнаты) в частном доме
6. делю комнату в частном доме
общежитие
7. отдельная комната  в общежитии
8. делю комнату в общежитии
9. барак, подвал, склад, бытовка 10.  другое (что именно) ________________________

Échantillonnage

Pour des raisons pratiques et financières, nous avons limité l’étude aux migrant.es tadjikistanais.es et ouzbekistanais.es de plus de 18 ans de Moscou et sa région. Il n’était pas possible de sélectionner un échantillon représentatif des migrant.es des différentes origines et dans différentes régions. D’une part, en l’absence de base de sondage exhaustive sur les migrant.es en Russie, nous ne pouvions pas procéder à un échantillonnage représentatif de cette population par sélection aléatoire dans la base de sondage. D’autre part, déployer l’enquête sur plusieurs régions de la Fédération de Russie, aux contextes différents et taux de migration variables, n’était pas faisable dans un budget raisonnable. Nous visions un échantillon de 1200 individus. Nous aurions eu pour chaque région un très petit groupe et aurions été obligées de définir des pondérations pour corriger cela, complexifiant encore l’enquête pour des résultats incertains. Nous avons donc renoncé à une représentativité de l’ensemble de la population migrante en Russie.

Nous avons un temps envisagé d’interroger également des migrant.es venus du Kirghizistan. En effet, le Kirghizistan est l’un des trois principaux pays de départ des migrant.es centrasiatiques. Or, les Kirghizistanais.es n’ont pas besoin de payer une « patente » (permis de travail valable un an et coûtant environ 70$ par mois). Il s’agit donc d’un autre contexte et d’un autre type de migration, plus féminin. Ajouter un sous-groupe si différent dans un petit échantillon aurait augmenté l’hétérogénéité sans pour autant augmenter la représentativité de toute la population immigrant en Russie. De plus, ces communautés ne sont pas étudiées par les anthropologues participant jusqu’à maintenant au projet.

Afin d’être représentatif de ce sous-groupe de migrant.es tadjikistanais.es et ouzbékistanais.es, nous avons défini des quotas par citoyenneté qui respectent la proportion relative de chacun (d’après les statistiques du Service fédéral des migrations, il y a deux fois plus d’Ouzbékistanais.es que de Tadjikistanais.es) et des quotas par genre qui respectent la part de femmes parmi les migrants ouzbekistanais (22%) et celle parmi les migrants tadjikistanais (19%) ((note : Ces estimations sont issues de l’enquête menée par V. Mukomel en 2017 (Verif date) auprès d’un échantillon de 8000 migrant.es de toutes nationalités).

Nous avons choisi, pour sélectionner la population enquêtée, de nous baser sur la citoyenneté, et non sur l’appartenance à une minorité ethnique. Pour être enquêté, les individus devaient avoir un passeport tadjikistanais ou ouzbékistanais. Ils pouvaient également avoir une autre citoyenneté : 7% des Tadjikistanais.es qui ont aussi le passeport russe ((note : Uniquement des Tadjikistanais.es-russes car la double citoyenneté est interdite en Ouzbékistan). Cela permettra d’étudier les différences éventuelles entre les migrant.es qui sont des citoyens russes et ceux qui ne le sont pas, notamment en ce qui concerne l’accès aux soins, puisque le passeport donne accès à l’assurance maladie obligatoire.

Comme nous tenions à la dimension d’appartenance ethnique autodéterminée, nous avons ajouté une question pour capter cette appartenance. Cependant, c’est une zone complexe où l’héritage des catégories administratives historiques interfèrent encore au quotidien (la « nationalité » attribuée à une certaine époque ne recouvre pas forcément la réelle appartenance de la famille à un groupe culturel ou ethnique). Nous avons opté pour une question neutre : la langue parlée à la maison dans l’enfance.

Pour le pilote, nous avons choisi de ne prévoir qu’un questionnaire en russe, avec l’idée que les enquêteurs rapportent le nombre de questionnaires non effectués pour des raisons de niveau linguistique.

Enfin, une autre question s’est posée quant à la population à enquêter : devait-on interroger les accompagnants des enquêtés (ou poser des questions à l’enquêté sur les proches qui l’accompagnent, par exemple sur les soins médicaux apportés aux enfants ou conjoint.es) ? Pour les économistes de l’équipe cela semblait envisageable selon un modèle répandu de questionnaires ménage et individuel dans les enquêtes, mais cela n’avait pas de sens selon les anthropologues, du fait des reconfigurations familiales liées à la migration et plus généralement de la complexité voire l’ineptie du concept de ménage et de la restriction ad hoc d’un cercle familiale.

  1. Nous reviendrons sur la formulation de cette question au prochain épisode. []
  2. Il est possible de poser des questions ouvertes, mais cela complique fortement le traitement des données et n’est pas l’objectif premier de l’enquête quantitative. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search