Surmortalité en Russie : le bilan de Rosstat sur 2020

Le 8 février 2021, Rosstat a publié les chiffres de mortalité toutes causes confondues pour l’année 2020 et ils dépassent ceux de 2019 de 18% environ: est observé un excès de 323 800 décès par rapport à l’année précédente1.

La surmortalité toutes causes confondues n’est pas un indicateur direct de suivi de l’évolution de l’épidémie mais permet d’estimer a posteriori son impact sur la mortalité. Les modes de comptages des causes de décès variant d’un pays à l’autre, il est recommandé d’y recourir pour les comparaisons internationales d’impact démographique globale de la pandémie et des réponses de politiques sanitaires2.

La mesure de la surmortalité permet de compléter les données sur le nombre de morts par coronavirus en Russie, où le décompte officiel pourrait sous-estimer la létalité du virus. Ainsi, le gouvernement russe annonce 57 019 décès par covid-19 avéré entre mars et décembre 2020. Mais comme le rapportent RBK et BBC Ruskaya Sluzhba, le nombre se porte à près de 104 000 si l’on regarde les données de Rosstat pour les décès dont une des causes principales est l’infection par covid-19, et à plus de 162 000 si l’on considère tous les décès de personnes ayant un test positif au coronavirus (comme recommandé par l’OMS).

A quelques réserves près inhérentes à l’indicateur de surmortalité (nécessaire moyennisation sur plusieurs années, augmentation des décès par des causes indirectement liées à l’épidémie, baisses des morts accidentelles…), l’excès de décès annoncé par Rosstat serait 6 fois supérieur au nombre de cas officiellement déclaré par le gouvernement et 3 fois supérieur au nombre de décès dont la cause principale est le covid. C’est ce qui a fait dire à Golikova, vice-présidente de Fédération de Russie, que le covid ne comptait que pour un tiers des décès excédentaires de l’année, ce qui semble être plus une pirouette pour justifier l’écart entre les données de Rosstat et le décompte officiel, qu’un calcul de facteur de contribution.

Comme nous l’avions indiqué dans un précédent post, au mois d’avril la surmortalité à Moscou était déjà d’environ +18%, d’après les données municipales. Moscou est restée au cours de la seconde vague la région la plus touchée par l’épidémie, bien que d’autres régions soient aussi fortement affectées, comme celles de Saint-Pétersbourg, de Carélie et de Kalmoukie.

A titre de comparaison en Europe, on peut se référer à cette publication récente du blog de l’INSEE. La France, malgré un pic exceptionnel de surmortalité au mois d’avril, se situe sur l’ensemble de l’année à +9% de mortalité, tenant ainsi une place médiane en Europe, inférieure à l’Espagne et la Belgique. Le profil de surmortalité dans les pays d’Europe de l’Est se rapproche de la surmortalité en Russie avec +15%. Dans ces pays, assez peu touchés par la première vague, la deuxième vague a été exceptionnellement meurtrière puisque les +15% de décès sur l’année 2020 sont dus à ceux des derniers mois de l’année 2020.

Le site Worldmeters peut être consulté pour connaître les données par pays et les classements par indicateur.

  1. Il est plus habituel de comparer à des moyennes de mortalité sur les dix dernières années pour lisser les fluctuations d’une année sur l’autre. []
  2. Comparing and Contrasting the Impact of the COVID-19 Pandemic in the European Union, Hantrais et Letablier, 2020, Routledge. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sandra Pellet (16 février 2021). Surmortalité en Russie : le bilan de Rosstat sur 2020. Le Carnet de REFPoM. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tju8


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search