Des femmes contre les violences domestiques qui augmentent avec les périodes de confinement en Asie centrale

 

En Asie centrale, de nombreuses ONG et collectifs qui luttent contre ces violences ont rapidement alerté sur l’augmentation des violences domestiques dans le contexte de la pandémie du Covid 19. Ce billet de blog présente les analyses de l’augmentation des violences faites aux femmes pendant la pandémie du Covid-19 au Tadjikistan, en Ouzbékistan, au Kazakhstan et au Kirghizstan, ainsi que les mobilisations des femmes, et leurs initiatives pour lutter contre les violences domestiques dans ces contextes.

Un même constat : une augmentation des violences domestiques pendant la pandémie du COVID 19

Dans l’émission intitulée « With Coronavirus, Domestic Violence in Central Asia has gotten much worse » du podcast Majlis, Aliya Suranova, journaliste, spécialiste des droits des femmes au Kirghizstan, Dilfuza Kurolova, juriste, spécialiste en droit humain et Khalida Azhigulova, directrice du Centre de recherche pour les droits humains, l’inclusion et la société civile et enseignante-chercheuse à l’Eurasian Technology University d’Almaty (Kazakhstan), font état de l’augmentation des violences domestiques pendant la pandémie du Covid-19. Sans mesure spécifique prise par les Etats pour lutter contre les violences faites aux femmes, les politiques de confinement ont ainsi contribué à l’augmentation massive de ces violences. Aliya Suranova souligne que, pendant la quarantaine mise en place au Kirghizstan, les violences faites aux femmes ont augmenté de plus de 65%. Khalida Azhigulova rapporte que pendant le confinement de mars à mai au Kazakhstan, les violences conjugales ont non seulement été plus nombreuses (25%) mais aussi plus grave (les assassinats de femmes dans le cadre de violence conjugales ont augmenté de 34 % par rapport à l’année dernière pour le même mois). Selon les statistiques officielles produites par le Ministère de l’Intérieur du Kazakhstan, la police a enregistré 46 000 appels concernant des témoignages de violences domestiques pendant les quatre premiers mois de 2020, incluant la période de confinement dans ce pays. Dilfuza Kurolova note de son côté la difficulté à obtenir des statistiques sur ce sujet et rapporte que les violences faites aux femmes ont également augmenté et que cette augmentation s’applique notamment aux suicides de femmes victimes de violence. Basé à Khoudjand, au nord du Tadjikistan, le Centre des femmes Gulrukhsor créé en 2000 et spécialisé dans l’accueil et la prise en charge des victimes de violences domestiques, publie des statistiques qui montrent une augmentation très importante des consultations par les victimes des violences domestiques (femmes et enfants) : en juin, 103 femmes de plus sont venues au Centre en 2020 par rapport à 2019, soit une augmentation de 105%. On note une augmentation de 79% en juillet, de 48% en aout et de 69% en septembre.

Cette augmentation des violences faites aux femmes est une conséquence de la gestion politique de la pandémie du Covid. Ainsi dans un texte intitulé « ‘Your traditions, our blood !’ : The struggle against patriarchal violence in Kirghizstan », la chercheuse Mohira Suyarkulova constate que si le gouvernement kirghize s’est fortement mobilisé contre la pandémie en introduisant par exemple l’état d’urgence, une autre crise publique sanitaire, celle des violences faites aux femmes, a été mise de côté par les acteurs étatiques.

Des ONG qui se mobilisent au côté des femmes

Dans un contexte politique, social et économique difficile qui touche particulièrement les femmes, les ONG locales financées par les bailleurs internationaux se sont mobilisées. Ainsi au Kirghizstan, des ONG ont permis une meilleure application de la nouvelle loi de 2017 sur la Protection contre les violence domestique. Une des dispositions de cette loi implique qu’après témoignage de la victime, l’agresseur doit être placé au poste de police pour 48 heures au minimum afin que les victimes puissent trouver un endroit pour fuir les violences, qu’il s’agisse des rares places dans un foyer dédié à l’accueil de violences faites aux femmes ou chez des parents ou ami.es. Les dispositions de cette loi ont ainsi été diffusées dans les pharmacies du pays par différentes ONG. Comme le souligne la chercheuse Asylai Akisheva dans un article intitulé « Women Face-to-Face with Domestic Abuse during COVID-19 Lockdown : The Case of Kyrgyzstan », les ONG comme Sezim, ont diffusé des informations et des numéros de ligne téléphonique d’urgence sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram pour faciliter l’aide aux victimes de violences domestiques.

Au Tadjikistan, les ONG ont connu ces cinq dernières années des conditions d’exercice de plus en plus difficiles en lien avec une répression étatique croissante. Nombre d’ONG de femmes ont dû fermer. Dans plusieurs villes du pays, seules les ONG qui mobilisent le registre de la famille et des enfants ou qui se concentrent sur l’artisanat et l’entreprenariat féminins continuent d’exercer. Najoti Kudakon est l’une de ces ONG qui continuent leurs activités et qui sont principalement tenues par des femmes. En plus de distribution de vivres et de médicaments, Najoti Kudakon effectue depuis septembre 2019 des ateliers de sensibilisation contre les violences domestiques en lien avec les politiques de confinement. Lors de ces ateliers, l’ONG distribue le numéro d’une ligne téléphonique ouverte de 9h00 à 13h00 qui met à la disposition des victimes de violences domestiques des conseils médicaux et juridiques gratuits.

Des revendications en matière de changement de loi

Dans l’émission intitulée « Fighting to Stop Violence Against Women » du même podcast Majlis, Khalida Azhigulova et Irina Matvienko, militante féministe et co-fondatrice de l’ONG NeMolchi.uz observent les mêmes problèmes dans la lutte contre les violences faites aux femmes au Kazakhstan et en Ouzbékistan. Les institutions étatiques ignorent les revendications en matière de réformes législatives formulées par les associationsqui luttent contre les violences faites aux femmes. Les institutions étatiques produisent aussi des textes de loi qui vont à l’encontre d’autres mesures législatives ou alors elles n’appliquent tout simplement pas les lois en vigueur susceptibles de soutenir les stratégies des associations pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Par exemple, en Ouzbékistan, en février 2020, le gouvernement a dissout le comité des femmes qui s’occupaient à l’échelle nationale et municipale des affaires familiales et des droits des femmes. Le comité des femmes, la fondation des mahalla (organisation de quartier) et la fondation Nurani dédiée aux personnes âgées ont fusionné sous une même entité. Les militantes féministes constatent que cette fusion s’opère au détriment d’une mise à l’agenda des droits des femmes et des violences faites aux femmes.

De plus, de nombreux témoignages de violences faites aux femmes enregistrés dans les postes de police ne conduisent pas l’enregistrement d’une plainte ou à une enquête en raison du manque de soutien matériel et juridique aux victimes et des arrangements entre les auteurs de violences et les agents de police. Quand ces témoignages débouchent sur une plainte, elles peuvent être aussi déqualifiées par la police, ce qui empêche la saisie du tribunal. Ainsi Khalida Azhigulova affirme que sur les 130 000 témoignages pour violences domestiques qui ont été adressés à la police en Ouzbékistan au cours des huit premiers mois de 2020, seulement 25% ont entraîné le dépôt d’une plainte. Enfin, comme le montre deux cas médiatisés au Tadjikistan et au Kirghizstan, des tribunaux condamnent les femmes victimes de violences plutôt que leurs agresseurs. En mars 2020, le tribunal d’Osh condamne Gulnara Pasanova, victime de violences conjugales pendant plusieurs années, à neuf ans de prison pour homicide alors que son mari meurt dans une situation de légitime défense. Pasanova fait appel et sa peine de prison est diminuée de trois. La famille du mari saisit alors la Cour suprême pour demander une peine de 10 ans de prison. Au Tadjikistan, Parvin Jahongiri, qui a dénoncé dans la presse un homme pour harcèlement sexuel dans le cadre de relations professionnelles, a été condamnée par le tribunal du district de Ferdawsi à verser la somme de 2 000 somoni (200$) à l’homme qu’elle a dénoncé pour diffamation en octobre 2020.

C’est donc aussi sur le terrain du droit que se mobilisent les associations de femmes et les militantes féministes. Au Kazakhstan, ces dernières luttent pour soumettre une nouvelle loi au Parlement sur les violences faites aux femmes. Depuis 2017, les violences domestiques sont décriminalisées et elles ne sont plus mentionnées que dans le code administratif qui prévoit des avertissements et des peines d’incarcération très limitées pour les auteurs de violences domestiques (jusqu’à 20 jours maximum pour les peines les plus lourdes). La nouvelle loi sur la Prévention de la violence domestique, ratifiée début 2020, ne change pas le statut juridique des violences domestiques. Comme le souligne la journaliste Assem Zhapisheva, elle n’est pas considérée comme satisfaisante par les militantes ni par les associations car elle a d’abord pour objectif de préserver la famille plutôt que de protéger les femmes. Des associations de femmes rédigent alors un nouveau texte sous la forme d’une pétition qui demandent à ce que 27 points soient inclus dans la nouvelle loi. Depuis début 2020, un groupe de travail au Parlement se forme pour discuter de ces points en lien avec des associations de femmes et militantes féministes. En septembre, une proposition de loi, qui reprend en partie ces points, est acceptée en première lecture. Mais une campagne contre cette proposition va venir déstabiliser et ralentir considérablement le processus de validation de la loi. Cette campagne antiféministe s’appuie notamment sur le fait que l’autorité parentale serait remise en question dans cette loi, du fait que les parents ne pourraient plus avoir le droit de frapper leurs enfants. Les associations de femmes et les féministes objectent que les lois interdisent dores et déjà de frapper une personne au Kazakhstan, qu’elle soit ou non un enfant. Un nouveau vote sur la loi est prévu en 2021.

« Vos traditions, notre sang ». Mobilisations féministes à Bishkek

C’est certainement au Kirghizstan que les mobilisations féministes ont été les plus visibles dans l’espace public, notamment dans la capitale, Bishkek, et dans les médias nationaux et internationaux, non sans de violentes réactions. La manifestation du 8 mars 2020 pour la journée internationale des droits des femmes a été interdite par décision judicaire le 5 mars en raison de la pandémie du COVID 19 alors même qu’aucun cas n’était alors confirmé au Kirghizstan. Les organisatrices de la manifestation du 8 mars, qui se sont regroupées sous le nom de Bishkek Feminist Initiatives, dénoncent un écran de fumée pour empêcher l’événement. Le lendemain, l’interdiction est levée par la même cour qui l’avait interdite.

La manifestation a donc finalement eu lieu. Elle mettait l’accent sur la lutte contre les violences faites aux femmes. Alors qu’elle donnait aussi l’occasion aux personnes LGBT de se mobiliser pour les droits des minorités sexuelles et d’identité de genre en 2019, la mairie de Bishkek y a interdit l’usage des symboles LGBT, affirmant qu’il s’agissait d’une marche féministe et non d’un encouragement à des relations sexuelles « non traditionnelles ». Cette hostilité s’affirme contre la visibilité de plus en plus grande dans l’espace public des personnes LGBT à Bishkek avec notamment la tenue de la première Pride organisé en Asie centrale en mars 2019.

Comme le raconte la journaliste Nurjamal Djanibekova, une dizaine d’hommes ont attaqué les manifestantes en les mettant à terre et en arrachant leurs pancartes. Quand la police est arrivée, elle a arrêté les manifestantes plutôt que leurs agresseurs, et les a placées au poste de police de Sverdlovsk pendant trois heures. Parmi elle se trouvait, Zere Asylbek, militante féministe et chanteuse, qui avait fait l’objet de menaces de mort suite à la diffusion de son clip Kyz (Fille) qui traitait notamment des violences domestiques et des discriminations faites aux femmes :

Pour dénoncer ces attaques et cette répression, une marche a été organisée deux jours après à Bishkek, tandis qu’ à Moscou, des féministes russes se rassemblaient devant l’ambassade du Kirghizstan en solidarité. D’autres événements et manifestations contre les violences faites aux femmes ont été organisées au cours de l’année 2020, comme cette marche du 12 décembre qui dénonçait l’acquittement de deux des trois hommes qui ont violé une mineure.

Ainsi la lutte contre les violences faites aux femmes et aux LGBT devient à Bishkek un enjeu de plus en plus important dans l’espace public, et ce malgré la répression et les violences qui s’exercent sur les féministes.

Pour aller plus loin :

Kamila Eshaliyeva, « Why domestic violence flourishing in Kyrgyzstan and how it could stop »

Mohira Suyarkulova, « « Your traditions, our blood ». The struggle against patriarchal violence in Kyrgyzstan »

Mohira Suyarkulova « Fateful Feminnale: an insider’s view of a ‘controversial’ feminist art exhibition in Kyrgyzstan »

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search