Des mobilisations collectives en temps de COVID-19

Depuis l’interdiction du Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan (PRIT) en 2015 par la Cour suprême du Tadjikistan et le renforcement de la répression sur les opposant.es, les mobilisations collectives de citoyen.nes pour une alternative politique au régime d’Emomali Rahmon sont particulièrement rares dans l’espace public du Tadjikistan.

Pourtant ces derniers mois, des mobilisations de personnes vivant au Tadjikistan visant à contester les pratiques gouvernementales, ont eu lieu et elles ont été relayées par les médias tadjikophones, russophones et anglophones. Outre les mobilisations de travailleurs chinois au Tadjikistan, des citoyen.nes tadjikistannais.es ont contesté les politiques du président et de son entourage politique, contestations relayées dans la presse d’opposition. Ce texte présente deux de ces mobilisations collectives en s’appuyant sur des publications en ligne de sites d’information non contrôlés par le régime.

Fin mars 2020, les frontières aériennes de la République du Tadjikistan sont fermées dans le cadre de la gestion étatique de la pandémie COVID 19. Dans la nuit du 20 mars, une ordonnance interdit ainsi les vols à destination du Tadjikistan, et ce sans préavis. Des centaines de personnes ne peuvent plus alors rentrer. C’est depuis Istanbul et New Delhi que des voix contre cette politique vont se faire entendre.

Les ambassades du Tadjikistan en Turquie et en Inde sont contactées pour trouver une issue à cette situation. Alors que le gouvernement kirghize organise des vols pour le rapatriement de ses citoyens qui ont déposé une demande auprès de l’ambassade en Turquie, les citoyen.nes tadjikistanais.es restent sans réponse. Deux lettres sont alors envoyées au site internet Asia-Plus, un journal indépendant basé à Douchanbe publié en ligne et en papier. Ces lettres proviennent de citoyen.nes tadjikistanais.es qui demandent leur rapatriement immédiat. Elles soulignent le contexte de contamination important en Inde et en Turquie et l’état de santé des personnes concernées (personnes âgé.es, personnes atteintes de cancer, de diabète et d’hypertension ou encore des personnes en situation postopératoire) ainsi que le manque de ressources économiques de certaines personnes pour payer l’hôtel et la nourriture. Plus de la moitié des personnes bloquées à Istanbul sont des femmes. Les personnes bloquées ont des profils professionnels variés : un chauffeur arrivé en Turquie en camion, un étudiant en transit depuis la Russie, une commerçante, une employée d’une organisation pour les droits des femmes à l’étranger, etc. Nombre d’entre elles et eux déclarent une situation économique et sociale difficile, tant sur place que pour leur famille au Tadjikistan.

En plus de ces deux lettres, un groupe de femmes filment leur prise de parole et la vidéo sera mise en ligne sur le site d’opposition Akhbor qui est administré depuis Vienne.

https://youtu.be/6rGJiiOvpjE

 

Dans cette vidéo, une femme s’exprimant en tadjik rapporte que des citoyen.ne.s tadjikistannais.es sont bloqué.es dans l’aéroport d’Istanbul depuis une semaine et qu’ils et elles vivent à l’aéroport d’Istanbul à leur frais. Ces personnes ont contacté le Ministère des Affaires étrangères pour exiger leur rapatriement. Le Ministère a annoncé qu’il organiserait un vol retour par la compagnie Somon Air, si plus de 100 personnes se présentaient. Mais les personnes bloquées sont toujours sans nouvelle de la compagnie aérienne.

Des organisations internationales se font le relai de ce mécontentement. Le 6 avril, l’ONG internationale Asia Pacific Forum on Women, Law and Development adresse une lettre à Emomali Rahmon, le président de la république du Tadjikistan, et demande à son tour une aide immédiate pour les personnes bloquées à l’aéroport international d’Istanbul.  Cette lettre rappelle les conditions économiques et sanitaires très difficiles qu’impliquent cette situation ainsi que l’absence d’accès aux soins et aux produits de première nécessité. En s’appuyant sur l’article 16 de la constitution du Tadjikistan, l’ONG rappelle que tout citoyen du Tadjikistan en dehors des frontières est sous la protection de l’État et que l’article 24 affirme que la liberté de circulation, incluant le droit de rentrer dans son pays, est un droit inaliénable que le gouvernement du Tadjikistan doit garantir en situation d’urgence.

Des vols vont être progressivement organisés pour rapatrier les citoyen.nes du Tadjikistan bloqué.es en Inde et en Turquie mais aussi de Russie, du Kazakhstan et des États-Unis.

On peut conclure sur deux éléments. Premièrement, la situation de ces personnes bloquées en dehors du Tadjikistan s’inscrit, plus globalement, dans la grande vulnérabilité des personnes tadjikistanaises migrantes. Il s’agit, pour la plupart, de personnes qui ont des ressources financières limitées et qui sont des soutiens économiques essentiels à leur famille. Deuxièmement, il existe des stratégies de résistance à cette vulnérabilité. Ici, on voit depuis quels lieux peuvent s’exprimer et s’organiser des revendications collectives dans un contexte autoritaire particulièrement répressif et comment différents acteurs et actrices, à savoir des médias indépendants en ligne, un site d’information proche de l’opposition en exil et une ONG internationale, vont porter ces revendications.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucia Direnberger (24 octobre 2020). Des mobilisations collectives en temps de COVID-19. Le Carnet de REFPoM. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tju3


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search